1.BIOGRAPHIES 2.CHRONOLOGIE 3.TOURNÉES 4.PHOTOGRAPHIES 5.INTERVIEWS 6.DOSSIERS 7.ÉQUIPEMENT 8.DEFSTUFF
 
     
 

CHARTATTACK.COM
CHINO MORENO & TODD WILKINSON
17 août 2005

anglais
français

by Shehzaad Jiwani

It's been in the works for the better part of four years, but after an internet leak, re-recorded material, frequent release date changes, countless rumours and speculation among fans, Deftones frontman Chino Moreno has released the debut album from his experimental side-project, Team Sleep.
ChartAttack recently had a chance to sit down with Moreno and guitarist Todd Wilkinson to discuss the album, how it is to be in two different bands and the upcoming Deftones album.

ChartAttack: So the album's finally out and it's been a long time coming. How do you guys feel about it?
Chino Moreno: We're excited about it. I don't think we were ever feeling like, "We gotta get this record out!" We all did it at our own pace and that's what sort of kept it… not a job, kept it fun, you know. We're happy that it's out now, though.

Team Sleep started off as a side-project. Has it evolved into a full band, and is it a full time thing?
Todd Wilkinson: It's hard to put that stuff into perspective, you know. Whether it's a full-time thing. Right now it's a full-time thing, like we're definitely gonna put as much energy into it as we can, and then when we get back from this tour, Chino's gonna finish up the Deftones record and go on tour with that. I'm gonna continue working on this stuff and we're all gonna be writing more music. So hopefully they'll become Team Sleep songs but if not we're just doing it for the fun of it. It's weird looking at it and trying to classify it as a side-project or whatever.

You don't want to put more importance on one over the other.
TW: Well, for me obviously, Team Sleep is a priority [laughs], but I think you have to have different things in your life. For me, I got work, I got school, I have music and they all complement each other. I think it's probably the same thing with Chino, he's got Deftones and he's got a family.

 
It's actually kinda fun. It's like a vacation from writing a Deftones record, it's a good balance. They all complement each other.
 

It wasn't always a full band in the beginning. Why did it turn into one?
CM: It wasn't really a decision.
TW: We had a board meeting and decided, "If we go this way, we'll sell like 20,000 copies, but if we go this way we'll sell 80,000…"
[laughs]
CM: It all kind of changed when Zach [Hill, drummer] came into the picture. That was just a friendship that I made with him because he used to work at this record store downtown, and I'd go in there once a week to buy records and we'd just talk about music. He said "maybe we should play together some time," and once he came over it was… that was it, you know. We started working on stuff that [Todd] and [sampler/programmer DJ] Crook and I had and it just became more of a band. Once we had that we needed bass because before that all the bass was handled by Crook. All the bass would come from the drum machines. Once Rick [Verrett, bassist] and Zach came into the picture, we pretty much had a full band.
TW: We just went straight into it, we didn't have much of a plan. It's just that with Zach and Rick, once we started playing together in a room, it just becomes louder and bigger as a band.

Is it hard switching between the two bands?
CM: No. I mean it's hard trying to, you know because I tour a lot and I've got a family and things like that, but it's not "hard," really. It's actually kinda fun. It's like a vacation from writing a Deftones record, it's a good balance. They all complement each other.

Tell me a bit about the writing process. How does it all come together?
TW: Every song on the record came about in a different way. The most simple way to say it is like, [sampler/programmer DJ] Crook would write a beat, and I would write guitar parts over it, and we'd show it to everybody and then we'd mess around with it, maybe write some more parts, make changes or whatever. Or if I had a guitar part, I'd go over to Zach's house and record his drums and then write guitar parts over that. But Rick [Verrett, bassist] writes songs, Chino writes songs, Crook writes songs that I'm not even playing on. So we didn't really make a lot of sense when we made this record.
CM: Yeah, it's not formulated at all. However it comes about, it comes about.

You have a lot of different influences, like Failure and Pinback, and that space-rock sound comes off with Team Sleep whereas it might not with Deftones. Do you like that "anything goes" aspect of this band?
CM: I honestly think I can do that with Deftones as well, but in the back of my mind I know that there are a lot of fans that are specifically into the more aggressive, heavy stuff. I don't want to completely alienate fans of that stuff because I know a lot of our fans like us for our first couple of records which had a lot more of that, you know. With this project, I don't have that boundary. I don't really have a fan base to make happy, you know, there is no fan base yet, we're making one. We just make music that we like to listen to and try to keep it as genuine as possible.

Do you prefer that over the brainy writing process you have with Deftones?
CM: Yeah. It's not that I don't like heavy stuff, because I like heavy music just as well. It's just that when you're on your fifth album with a band, you don't want to repeat yourself and you don't want to make a record just to make other people happy, you want to make yourself happy, but you don't want to be too self-indulgent. There's a lot of things going through your mind making a record, well, that's why the records take so long to make. I just look at it like I want the album to sound good when I listen to it. I don't want it to sound dated or anything.

What was it like working with Bob Ezrin for the new Deftones record?
CM: Oh, it was, you know, whatever. I'd rather not. If you don't have anything nice to say, don't say anything, really. There were times when we really got along and I learned a lot of things from him but there were a lot of times when he's in his own world where he thinks he knows what's best and he doesn't know what's best, really. It just wasn't fun to do and it wasn't a fun record to make. The music turned out rad. It's just when you're making a record, especially when you're working on vocals, I've only worked with a couple of producers and most of the records I've done with Terry Date. The reason we chose Ezrin is because we wanted to do something different, but I learned that different isn't always good. If we want to make a different album, it's something that we do on our own, not something some producer comes in and says we should do.

Any idea what the record's going to sound like?
CM: Yeah, I heard it all, I made it, I know exactly what it's going to sound like. Can I explain it? Nah. [laughs] It's different. We definitely didn't want to make the same record, you know what I mean. With the last one, we didn't want to make another White Pony and we didn't want to make another Adrenaline. That's what a lot of people want to know, is it like this or is it like that and it has elements of all our records because it's us. But I think it's a broader record. There's a lot of other things going on. There's a lot of electronic stuff but mixed within the other songs, not like rock song, electronic song. The songs have a lot more parts and there's a lot of different things. It was written over a long period of time. We started it about a year and a half ago. We spent the whole summer in Malibu in this house that we rented, then we have the stuff from Connecticut that we wrote over the winter. We have a lot of different stuff. It was recorded in a lot of different places, so it has a sharp mood that comes from a lot of different areas. It makes it a bigger, huger record. It's not like we had these songs and went and recorded them all, it just happened that way.

Deftones have been planning a b-sides/rarities release for a while. When can we expect that?
CM: I heard it was coming out next month, but then I heard that there were a few things they weren't finished with for the DVD stuff. I talked to Abe yesterday and they're cutting all of the footage together. There's a couple songs that I haven't sent them yet for the b-sides collection that I'm trying to accumulate. It might be in the fall. I hope to get it out before summer's over, but it could be out for early fall, then the new record comes out early next year.

transcription : Jessie Rumble

 

C’était en chantier depuis près de quatre ans, mais après le fameux « leak » sur Internet, le ré-enregistrement de morceaux, les changements fréquents de date de sortie, d’innombrables rumeurs et des spéculations de fans, le leader de Deftones Chino Moreno a livré le premier album de son projet parallèle expérimental Team Sleep.
Chark Attack a eu récemment la chance de s’asseoir aux côtés de Moreno et du guitariste Todd Wilkinson pour discuter de l’album, de la manière dont on vit le fait d’être dans deux groupes différents et du prochain album de Deftones.

ChartAttack : L’album est enfin sorti et ça a pris pas mal de temps. Comment vous sentez-vous ?
Chino Moreno : On est très excités. Je crois qu’on ne s’est jamais dit  « On DOIT sortir ce disque ! ». On a tous fait ça à notre rythme et c’est ce qui a fait que c’était…. pas un boulot, ça restait fun, tu vois. On est quand même content que ça soit sorti.

Team Sleep a démarré comme un projet parallèle. Est-ce qu’il a évolué comme un projet à part entière, et est-ce que c’est à plein temps ?
Todd Wilkinson : C’est dur de mettre ça en perspective, tu sais. Bien que ça soit à temps plein. Là maintenant, c’est du temps plein,  vu qu’on y met toute l’énergie possible, et quand on rentrera de cette tournée, Chino finira le disque de Deftones et partira en tournée avec eux. Je vais continuer de travailler dessus et on va tous continuer à écrire plus de musique. En espérant que cette musique devienne des chansons de Team Sleep, mais si c’est pas le cas on le fait juste pour le fun. C’est étrange de considérer le groupe et d’essayer de le classer comme un projet parallèle ou autre chose.

Vous ne voulez pas donner plus d’importance à l’un plus qu’à l’autre.
T.W. : Eh bien, pour moi évidemment, Team Sleep est une priorité (rires), mais je pense qu’il faut avoir plusieurs choses dans la vie. Pour moi, j’ai le travail, j’ai l’école, j’ai la musique et tous se complètent les uns les autres. Je pense que c’est sans doute pareil pour Chino, il a Deftones et il a une famille.

 
C’est comme des vacances dans l’écriture du disque des Deftones, c’est un bon équilibre. Tout ça se complète.
 

Ce n’était pas un « vrai » groupe au début. Pourquoi ça l’est devenu ?
C.M. : Ce n’était pas vraiment une décision.
T.W. : On a eu une réunion du conseil d'administration et on s’est dit : « Si on prend cette direction, on va vendre en gros 20 000 copies, mais si on prend cette autre on va en vendre 80 000… » (rires)
C.M. : Le changement s’est opéré quand Zach (Hill, batteur) est arrivé. C’était juste une amitié qui nous liait parce qu’il bossait dans ce disquaire du centre-ville, et j’allais là-bas une fois par semaine pour acheter des disques et on parlait de musique. Il disait « peut-être qu’on devrait jouer ensemble de temps en temps », et une fois il est passé et c’était… ça l’a fait, tu vois. On a commencé à bosser sur des trucs que (Todd) et ( le sampleur, programmeur DJ) Crook et moi on avait et ça a commencé à devenir un groupe.
Une fois qu’on avait ça on a eu besoin d’une basse car elle était auparavent envoyée par Crook. Toutes les basses sortaient d’une boîte à rythme. Une fois que Rick (Verett, bassiste) et Zach sont arrivés, on avait un groupe complet.
T.W. : On y a été comme ça, on n’avait pas vraiment de plan. C’est juste qu’avec Zach et Rick, quand on a commencé à jouer ensemble dans la pièce, c’est devenu plus lourd et plus gros, comme un groupe.

Est-ce que c’est dur de passer d’un groupe à l’autre ?
C.M. : Non. Je veux dire, ce n’est pas évident, tu vois parce que je tourne beaucoup et j’ai une famille et tout ça, mais ce n’est pas « dur », franchement. C’est en fait assez fun. C’est comme des vacances dans l’écriture du disque des Deftones, c’est un bon équilibre. Tout ça se complète.

Dites m’en un peu plus sur le processus d’écriture. Comment tout ça se déroule ?
T.W. : Chaque morceau du disque est arrivé d’une façon différente. La façon la plus simple de l’expliquer, c’est que Crook créé un rythme, et j’écris une partie de guitare par-dessus, et on le montre à tout le monde et on le fait tourner, des fois on ajoute d’autres parties, on fait des changements ou n’importe. Ou si j’ai une ligne de guitare, je passe à la maison de Zach et j’enregistre sa batterie et j’ecris d’autres lignes par-dessus. Mais Rick (Verett, bassiste) écrit des morceaux, Chino écrit des morceaux, Crook écrit des morceaux sur lesquels je ne joue même pas.  Donc il n’y avait pas vraiment de sens quand on a fait cet album.
C.M. : Ouais, il n’y a pas de formule du tout. Qu’importe comment ça arrive, ça arrive.

Vous avez un paquet d’influences différentes, comme Failure et Pinback, et ce son space-rock qui va avec Team Sleep alors qu’il n’irait pas avec Deftones. Vous aimez cet aspect « tout ce qui vient » ?
C.M. : Honnêtement je pense que je pourrais tout autant le faire avec Deftones, mais dans le fond je sais qu’il y a un paquet de fans qui sont plus spécifiquement attirés par les trucs plus agressif, heavy. Je ne veux pas complètement aliéner les fans de ce genre de choses car je sais que beaucoup de nos fans nous apprécient pour nos deux premiers albums qui était plus comme ça, tu vois. Avec ce projet, je n’ai pas cette barrière. Je n’ai pas vraiment une base de fans à satisfaire, tu vois, on n’a pas une base de fans, on est en train de la faire. On fait juste la musique qu’on aime entendre et de la garder aussi authentique que possible.

Tu préfères ça au processus de composition plus intellectualisé que tu as avec Deftones ?
C.M. : Ouais. C’est pas que j’aime pas les trucs heavy, car j’aime tout autant la musique heavy. C’est juste que quand tu en es à ton cinquième album avec un groupe, tu ne veux pas te répéter et tu ne veux pas faire un disque juste pour rendre d’autres personnes heureuses, tu veux te rendre heureux toi-même, mais tu ne veux pas être trop indulgent avec toi-même. Il y a tout un tas de choses qui te passent par la tête quand tu fais un disque, bon, c’est pour ça que les disques sont aussi longs à faire. Je vois les choses comme ça : je veux que l’album sonne bien quand je l’écoute. Je ne veux pas qu’il sonne daté ou autre.

C’était comment de travailler avec Bob Ezrin pour le nouvel album de Deftones ?
C.M. : Oh, c’était, tu sais, peu importe. Je ne devrais pas. Si tu n’as rien de bien à dire, autant ne rien dire. Il y a eu des moments où on a vraiment avancé et où j’ai appris beaucoup de lui, mais il était souvent dans son monde et il pensait savoir ce qui était le mieux, et en fait il ne savait pas ce qui était le mieux. Ce n’était vraiment pas drôle, et ça n’a pas été un disque marrant à faire. La musique devenait brouillonne. C’est quand tu enregistre un disque, surtout quand tu bosse sur les voix, je n’ai travaillé qu’avec deux producteurs et la plupart des disques que j’ai fait c’était avec Terry Date. La raison pour laquelle on a choisit Ezrin est qu’on voulait faire quelque chose de différent, mais j’ai appris que différent ne veut pas forcément dire bon. Si nous voulons faire un album différent, c’est quelque chose qu’on doit faire nous-même, pas un producteur qui vient et nous dit quoi faire.

Une idée de comment le disque va sonner ?
C.M. : Ouais, je l’ai écouté en entier, je l’ai fait, je sais exactement comment il va sonner. Est-ce que je peux l’expliquer ? Non. (rires). C’est différent. On n’a vraiment pas voulu refaire le même disque, tu vois ce que je veux dire. Avec le dernier, on ne voulait pas faire un autre White Pony et on ne voulait pas faire un autre Adrenaline. C’est ce que veulent savoir pas mal de gens, est-ce que c’est comme celui-ci ou celui-là et il y a des éléments de tous nos disques parce que c’est nous. Mais je crois que c’est un disque plus large. Il y a plein de nouvelles choses dedans. Il y a pas mal de trucs électro mais mixés à l’intérieur des autres morceaux, pas comme des morceaux rock, des morceaux électro. Les chansons ont plus de parties et il y a pas mal de choses différentes. Ça a été écrit sur une longue période. On l’a commencé il y a un an et demi. On a passé tout l’été à Malibu dans cette maison qu’on avait loué, puis ce truc dans le Connecticut où on a écrit l’hiver. On a un tas de choses différentes. Ça a été enregistré dans plusieurs endroits, donc ça a été imprégné des ambiances de ces différents lieux. Ça en fait un disque plus gros, plus énorme. Ce n’est pas comme si on avait eu ces morceaux et qu’on les avait toutes enregistrées, ça s’est passé comme ça.

Deftones a planifié une sortie de faces B et inédits depuis un moment. Pour quand peut-on l’espérer ?
C.M. : J’ai entendu que ça devait sortir le mois prochain, mais j’ai cru comprendre qu’il y avait quelques trucs qu’ils n’avaient pas finis pour le DVD. J‘ai parlé à Abe hier et ils sont en train de monter les séquences ensemble. Il y a un ou deux morceaux que je ne leur ai pas encore envoyés pour la collection de faces B que je suis en train d’essayer de collecter. Ça devrait sortir en automne. J’espère sortir ça avant la fin de l’été, mais ça pourrait sortir au début de l’automne, puis le nouvel album sortira en début d’année prochaine.

 

traduction : David Tessier

 

les forums de DEFTNZ.net
les cds/dvds du groupe avec Amazon.fr
la communauté deftonienne sur le fameux réseau
     
   
       
qu'écoutent les fans de Deftones ?