1.BIOGRAPHIES 2.CHRONOLOGIE 3.TOURNÉES 4.PHOTOGRAPHIES 5.INTERVIEWS 6.DOSSIERS 7.ÉQUIPEMENT 8.DEFSTUFF
 
     
 

FENDER.COM
Chi Cheng
février 2006

anglais
français

The Deftones bassist on the upcoming album, Taste of Chaos tour and playing in Z-flat

Innovative Sacramento, Calif.-based alt-metal heroes Deftones have certainly come a long way since skateboarding together during their late ’80s high school days. Early on, Deftones first defined and then defied the nu-metal label placed on the band and its contemporaries, proceeding to embark on a multi-platinum-selling, Grammy®-winning career odyssey that saw adventurous stylistic nods to trip-hop, punk, acoustic and Brit new-wave elements on albums including Adrenaline (1995), Around the Fur (1997), White Pony (2000) and Deftones (2003).

Through it all, nimble—deft, you might as well say—bassist Chi Cheng (yes, that’s his real name) has provided first-order sonic underpinning, riffing away on his beloved Fender Precision Bass® guitar, a model of which, as we’ll soon see, he is an unabashed and ardent admirer.

Cheng, born in 1970, joined Deftones not long after the band’s inception. A graduate of the University of California, Davis, he has a B.A. in English literature and released his poetry collection, Bamboo Parachute, as a spoken-word album in 2000.

Fender News caught up with the always-articulate Cheng in January 2006, as Deftones were working on their as-yet untitled forthcoming album and preparing to embark on the Taste of Chaos tour (see related story on the tour) ...

 
I always have anxiety dreams before I go on the road. It was the worst. I ended up waking up at 7:00 this morning saying, “Oh god, we suck !" (laughs)
 

FN: First things first—have you finished tracking the new album?
CC: Yes, thank the lord! I think we have (laughs). It’s been about a year and a half on and off. And it’s been a really hard, terrible struggle. I think it’s finally turning around though, and I’m really happy about that.

FN: You stopped working with (legendary Pink Floyd producer) Bob Ezrin. Who are you working with now, and has it had any effect on the album?
CC: The album has been touched by a bunch of different producers. Ezrin did a lot of it with me, Abe (drummer Abe Cunningham) and Stephen (guitarist Stephen Carpenter). And we went back and worked with some other people. Chino (vocalist Chino Moreno) has been working with a bunch of people. I think it’s just a compilation of a bunch of different people, really. Ezrin did a lot of it. I love Ezrin and I got along with him famously. I don’t think he and Chino jived together well, and that happens.

FN: When you deal with artists, that’s what you get, for better or worse.
CC: Yeah. It’s the same thing. Bob Ezrin is also an artist. No one in the band questions how great his work is. It’s just a matter of jiving with somebody or not jiving with somebody.

FN: Does it sound like one fluid work, or does it sound more like a compilation?
CC: It’s really an amazingly good piece. I’m thrilled with it, especially now that I’m starting to hear some vocals for the first time in two years. It’s like, “Holy @#$%!”

FN: Is it more like White Pony or Deftones?
CC: It is more of a White Pony, for sure. It’s got that whole feel and depth. The other album (Deftones) was very intense and kind of dark. Everyone was going through a dark period. This album has a lot more variety and depth. People are really going to be tripped out when they hear this album.

FN: Is there a title?
CC: Hell no! This close to being finished (laughs)? No, no … we’re the Deftones, man!

FN: It’ll be out later this spring?
CC: Yeah, hopefully May or early summer.

FN: Many fans consider White Pony as your definitive album. How do you feel about that, and will the new album change that?
CC: The new album will show that the best is yet to come from the Deftones. I really think this album is going to show what’s going on with our band. We’re nowhere near being done yet.

FN: Chino and Stephen definitely offer different musical influences. Chino is more into the Cure and My Bloody Valentine; Stephen is more into heavier bands like Meshuggah. Where do you stand?
CC: I kind of float around, right in between.

FN: Like Switzerland?
CC: Exactly … I’m neutral (laughs)! Oddly enough, we’ve begun to rehearse again at night. And I’ve been listening to our past albums. Rather than playing with Stephen or Abe, I kind of float in between them.

FN: It’s your job to hold them together.
CC: Yeah, yeah … it’s cool.

FN: With tracking for the new album finished, you can focus on the upcoming Taste of Chaos tour. Will you be adding new songs to the set?
CC: Yeah, we’ll be doing two new songs.

FN: Do they have titles yet?
CC: You know … (Chino) changes the titles so much I have no clue. We haven’t even picked them yet.

FN: Any bands on the bill that you’re particularly excited to see?
CC: I’m always excited to see Dredg. I haven’t seen a lot of the other bands. I’ve seen Thrice, and they’re great!

FN: Last year, you played for the Cure on MTV® Icon™. What was that like?
CC: That was nerve-racking, to be honest. I was thrilled to honor the Cure, a band we all respect and have loved for a long time. But to actually go over there and sit down in front of them with them staring at us, I was just hoping someone else would mess up instead of me. We just played one track (“If Only Tonight We Could Sleep,” from Deftones’ B-Sides & Rarities). It was amazing. I don’t know if I could have stood to play any more songs!

FN: Do you still get nervous when you play live?
CC: Yeah, I do. I had an anxiety dream about it last night. I always have anxiety dreams before I go on the road. It was the worst. I ended up waking up at 7:00 this morning saying, “Oh god, we suck (laughs)!”

FN: You’ve played Fender Precision basses for most of your career. What led you to them and how have they affected your playing?
CC: As soon as I got hold of one, that’s all I played. I think I started playing them when I met Alex Perez (Fender artist relations manager and Custom Shop veteran) on the ’95 Warped Tour. His guitars and basses are the dopest! I was on tour with Fluf then. O (Fluf guitarist/vocalist) played Fenders. I told him that I wished I played them, so he gave me Alex’s number. Two weeks later, Alex sent me two basses. I dropped everything I had been playing, switched right over, and have never gone back! They were Precision Bass Specials, the same basses I play now. They have humbucking pickups in the front and the back, and have vintage Precision pickguards.

FN: How many basses do you take on the road with you?
CC: Just one to play, and one or two as backups. I don’t want it to look like (Van Halen bassist) Michael Anthony’s house (laughs). All respect to Michael Anthony!

FN: Well, do you have a Jack Daniel’s® bass?
CC: No, I don’t. I would probably go with a single-malt bass (laughs)!

FN: Do you play five-string basses?
CC: Yeah, I do have some five strings. I have to admit I’m not a big fan of the five-string, period. That’s more of a necessary evil for me.

FN: Do you tune down your four-string basses?
CC: Yeah, absolutely. Stephen consistently gets lower every album. I’m having to consistently follow him.

FN: Why doesn’t he just get a baritone or a bass?
CC: I don’t know what’s wrong with him. He just keeps going down lower and lower. And on a lot of the songs where he’s playing a seven-string, I’ll still be playing the four. But sometimes it doesn’t translate and I need to get that fifth string. I fought it for three albums, but then I had to give in.

FN: Do you have trouble setting up your action, or do you use much thicker strings?
CC: Yeah, they’re ridiculously thick strings. And I still tune the thing down. I think we’re in Z or Z-flat (laughs)!

FN: How has your playing developed since the Deftones took off? Do you still practice and work on your style?
CC: No. No, I’m lazy (laughs)! I think the more you listen to music, the more you play music, the more you get confident with music—you can move around better, and know yourself as a musician better, philosophically. I don’t have time to sit and practice for four hours like I did in high school. I feel like I should, but with a wife and a kid and a band, it gets to where you’re suddenly a grown-up, and time is hard to find. Young players should enjoy it while they can.

FN: Iron Maiden bassist and fellow Precision lover Steve Harris was a huge influence on you. What other bassists influence you?
CC: I’ve got to say that after my metal period I went into a new-wave period and was really into the Smiths’ bass player (Andy Rourke) and the Cure’s bass player (Simon Gallup, usually). Their playing was unreal! So I got into a small new-wave phase in my high school years. Then I got into punk. I really like a lot of the punk bass players a lot. I still think Matt Freeman from Rancid is such a monster! His playing is really tasteful and classy.

FN: Who else has inspired you?
CC: I love (Charles) Mingus. He set the standard. Jaco Pastorius is nice to listen to, but I can’t emulate it. But it’s beautiful. I love the old reggae bass playing and Studio One bass playing. I listen to that a lot more than I listen to anything else now.

FN: It sounds like there’s more of that in your playing now.
CC: It’s absolutely true. When I wrote the bass part to “Change (In the House of Flies),” Stephen was like, “Dear lord, no! Please don’t play that.” Frank (Delgado, turntables) was like, “Don’t do it!” But that’s how I play. Terry Date (producer), fortunately, was backing me. He told them to leave me alone and let me play the line I wrote.

FN: It was one of your biggest hits …
CC: It was our biggest hit. But Stephen wrote all of the leads and won a Grammy® for it. So he has the upper hand (laughs)!

FN: Now that you’re headlining festivals and inspiring future bassists, any advice for aspiring bassists?
CC: Spend as many hours as you can playing and listen to as many kinds of music as you can. Don’t shut yourself off to jazz or country. I was one of those kids. My mom paid for a month of bass lessons for me, and my instructor wanted me to check out some jazz. All I wanted to learn was (Metallica’s) “(Anesthesia) Pulling Teeth.” I could’ve been more open-minded (laughs)!

FN: As an avid reader and music lover, what are you listening to and reading lately?
CC: I’m such a collector. I’m reading some Camus. I love The Plague and The Stranger. I also started reading Resistance, Rebellion, and Death: Essays. I’ve got some really rare Henry Miller that I’ve been reading—Sunday After The War. I’m kind of a book collector. It takes up a lot of my money. Unfortunately, (Charles) Bukowski is my favorite writer, followed by (Hunter S.) Thompson. So I like a lot of the derelicts (laughs)!

FN: 2006 marks Fender’s 60th anniversary. Your thoughts?
CC: Let’s have another 60 years of continuously good work. If I’m alive 60 years from now, I’ll still be playing Fender!

transcription : Jessie Rumble

 

Le bassiste de Deftones sur l’album à venir, la tournée Taste of Chaos et le fait de jouer accordé en Z-dièse.

Les innovants Deftones de Sacramento, basés en Californie, héros du metal alternatif ont certainement parcouru un long chemin depuis qu’ils faisaient du skateboard ensemble au lycée à la fin des années 80. Au départ, Deftones a d’abord défini puis défié l’étiquette nu-metal collée au groupe et à ses contemporains, embarquant pour une carrière semblable à une odyssée avec des ventes atteignant plusieurs fois le platine et victoires aux Grammy, qui les a vu traverser des aventures stylistiques passant par le trip-hop, le punk, l’acoustique et la new-wave britannique sur les albums Adrenaline (1995), Around the fur (1997), White Pony (2000) et Deftones (2003).

Dans tout cela, l’agile - on peut aussi dire habile (« deft » en anglais, NDT) bassiste Chi Cheng (oui, c’est son vrai nom) fournit un soutien de premier ordre, riffant sur sa chère Fender Precision, un modèle dont il est un incontestable et fervent admirateur.

Cheng, né en 1970, a rejoint Deftones peu après la formation du groupe. Diplômé de l’Université de Californie de Davis, il a une licence de littérature anglaise et a sorti son recueil de poèmes, Bamboo Parachute, sous la forme d’un album de poésie orale en 2000.

Fender News a rattrapé Cheng en Janvier 2006, alors que les Deftones étaient en train de travailler sur album à venir, encore sans nom, et qu’ils se préparaient à embarquer sur le Taste of Chaos Tour ( voir les articles relatant cette tournée)…

 
Je fais toujours des rêves anxieux avant que je prenne la route. C’était le pire. Ça a fini quand je me suis réveillé à 7h ce matin en me disant : « Oh mon dieu, on craint ! » (rires)
 

FN : Commençons par le commencement : avez-vous fini d’enregistrer le nouvel album ?
CC : Oui, merci mon dieu ! Je crois que oui (rires). Ça dure depuis un an et demi en discontinu. Et ça a été une lutte dure, terrible. Je crois que ça tourne enfin, et j’en suis très content.

FN : Vous avez arrêté de travailler avec (le légendaire producteur de Pink Floyd) Bob Ezrin. Avec qui travaillez-vous à l’heure actuelle, et est-ce que ça a eu un effet sur l’album ?
CC : L’album a été dans les mains d’un bon nombre de producteurs différents. Ezrin en a fait une bonne partie avec moi, Abe (le batteur Abe Cunningham) et Stephen (le guitariste Stephen Carpenter). Puis on est revenu et avons travaillé avec d’autres gens. Chino (le chanteur Chino Moreno) a travaillé avec un tas de gens. Je pense que c’est juste une compilation d’un tas de gens, vraiment. Ezrin en a fait une grosse partie. J’adore Ezrin et je me suis vraiment bien entendu avec lui. Je ne pense pas que lui et Chino se soit bien entendu, et cela arrive.

FN : C’est ce qui se passe quand on travaille avec des artistes, pour le meilleur ou pour le pire.
CC : Ouais. C’est la même chose. Bob Ezrin est aussi un artiste. Personne dans le groupe ne remet en question à quel point son travail est immense. C’est juste un problème de s’entendre ou non avec quelqu’un.

FN : Est-ce que ça sonne comme un travail fluide, ou est-ce que ça sonne plus comme une compilation ?
CC : C’est vraiment quelque chose d’étonnant. J’en suis très satisfait, surtout maintenant que j’ai commencé à entendre des voix dessus pour la première fois en deux ans. C’est comme « Pu***n de mer**! »

FN : C’est plus proche de White Pony ou de Deftones ?
CC : C’est plus un White Pony, c’est sûr. Il y a la même sensation entière et profonde. L’autre album (Deftones) était très intense et un peu sombre. Tout le monde traversait une période sombre. Cet album a plus de variété et de profondeur. Les gens vont être très surpris quand ils écouteront l’album.

FN : Y a t’il un titre ?
CC : Oh que non ! C’est presque en train d’être fini (rires). Non, non… on est les Deftones, mec !

FN : Il va sortir au plus tard au printemps ?
CC : Oui, on espère en mai ou au début de l’été.
 
FN : De nombreux fans considèrent White Pony comme votre meilleur album. Comment tu vois ça, et est-ce que le nouvel album va changer les choses ?
CC : Le nouvel album va montrer que le meilleur est encore à venir pour les Deftones. Je pense réellement que cet album va montrer où en est le groupe. On est loin d’être finis.

FN : Chino et Stephen apportent différentes influences musicales. Chino est plus branché Cure et My Bloody Valentine ; Stephen est plus groupes heavy comme Meshuggah. Où te situes-tu ?
CC : Je flotte tout autour, pile entre les deux.

FN : Comme la Suisse ?
CC : Exactement… Je suis neutre (rires) ! Assez curieusement, on a recommencé à répéter la nuit. Et j’ai réécouté nos anciens albums. Plutôt que de jouer avec Stephen ou Abe, c’est comme si je flottais entre eux deux.

FN : C’est ton boulot de les lier.
CC : Ouais, ouais… c’est cool.

FN : Les prises du nouvel album étant finies, vous pouvez vous concentrer sur la tournée Taste Of Chaos à venir. Allez-vous ajouter des nouveaux morceaux au set ?
CC : Ouais, on va faire deux nouveaux morceaux.

FN : Ont-ils déjà des titres ?
CC : Tu sais… (Chino) change tellement les titres que je n’ai pas d’indices. On ne les a pas encore choisi.

FN : Des groupes sur la liste que vous avez particulièrement envie de voir ?
CC : Je suis toujours content de voir Dredg. Je n’ai pas vu un bon nombre des autres groupes. J’ai vu Thrice et ils sont très bons.

FN : L’année dernière, vous avez joué pour les Cure dans MTV Icon. C’était comment ?
CC : C’était nerveusement éprouvant, pour être honnête. J’étais ravi de rendre hommage à The Cure, un groupe qu’on respecte tous et qu’on aime depuis longtemps. Mais pour m’être présenté devant, avec eux qui nous regardaient, j’espérais juste que ce soit quelqu’un d’autres que moi qui foire. On a juste joué un morceau (« If only tonight we could sleep » sur le “B-sides & Rarities”). C’était impressionnant. Je ne sais pas si j’aurais pu jouer une autre chanson !

FN : Es-tu toujours nerveux quand tu joue live?
CC : Ouais, je le suis. J’ai fait un rêve anxieux là-dessus la nuit dernière. Je fais toujours des rêves anxieux avant que je prenne la route. C’était le pire. Ça a fini quand je me suis réveillé à 7h ce matin en me disant : « Oh mon dieu, on craint ! » (rires).

FN : Tu as joué sur des basses Fender Precision quasiment toute ta carrière. Qu’est-ce qui t’a amené à elles et en quoi ça a affecté ton jeu ?
CC : Depuis que j’en ai eu une, je ne joue qu’avec ça. Je crois que j’ai commencé à jouer avec quand j’ai rencontré Alex Perez (manager des relations avec les artistes chez Fender et vétéran du Custom Shop) sur le Warp Tour de 95. Ses guitares et ses basses sont les meilleures ! J’étais en tournée avec Fluf à l’époque. O (guitariste/chanteur de Fluf) jouait sur Fender. Je lui ai dit que j’aimerais aussi jouer dessus, du coup il m’a donné le numéro d’Alex. Deux semaines après, Alex m’envoyait deux basses. J’ai balancé tout ce sur quoi je jouais, j’ai changé pour ne jamais revenir en arrière ! C’était des Precision Bass Specials, les mêmes sur lesquelles je joue maintenant. Elles ont des micros humbucker en haut et en bas, et des caches-micro vintage Precision.

FN : Combien de basses emmènes-tu sur la route ?
CC : Juste une pour jouer, et une ou deux en remplacement. Je ne veux pas que ça ressemble à la maison de Michael Anthony (bassiste de Van Halen) ! (rires) Avec tout le respect que je dois à Michael Anthony !

FN : As-tu une basse Jack Daniel’s ?
CC : Non, je n’en ai pas. Je prendrais plutôt une single-malt (rires) !

FN : Joues-tu sur des basses cinq-cordes ?
CC : Ouais, j’ai des cinq-cordes. Je dois admettre que je ne suis pas fan des cinq-cordes. C’est plus un mal nécessaire pour moi.

FN : Tu accordes tes quatre-cordes plus bas ?
CC : Ouais, absolument. Stephen descend de plus en plus à chaque album. Je dois constamment le suivre.

FN : Pourquoi ne prend-il pas carrément une baryton ou une basse ?
CC : Je ne sais pas ce qui cloche avec lui. Il continue à descendre de plus en plus bas. Et sur beaucoup de morceaux où il joue sur sept-cordes, je continue à jouer sur quatre. Mais parfois on ne peut pas transcrire et j’ai alors besoin de cette cinquième corde. Je me suis battu contre ça pendant trois albums, mais j’ai dû abandonner.

FN : Est-ce que ça pose des problèmes, ou utilises-tu des cordes plus épaisses?
CC : Ouais, elles sont ridiculement épaisses. Et je dois encore baisser le tout. Je crois qu’on est en Z ou Z-dièse (rires) !

FN : Comment ton jeu s’est-il développé depuis que les Deftones ont décollé ? Est-ce que tu continues à t’entraîner et travailler ton style ?
CC : Non. Non, je suis fainéant (rires) ! Je pense que plus tu écoutes de musique, plus tu joues, plus tu es confiant dans la musique : tu es plus à l’aise, et tu te connais mieux en tant que musicien, philosophiquement. Je n’ai pas le temps de m’asseoir et m’entraîner pendant quatre heures, comme je le faisais au lycée. Je sens que je devrais, mais avec une femme et un enfant et un groupe, d’un coup tu es un adulte, et le temps est dur à trouver. Les jeunes musiciens doivent en profiter tant qu’ils le peuvent.

FN : Le bassiste d’Iron Maiden et fidèle amoureux de la Precision Steve Harris a été une grande influence pour toi. Quels autres bassistes t’ont influencé ?
CC : Je dois dire qu’après ma période metal j’ai eu une période new-wave et j’adorais le bassiste des Smiths (Andy Rourke) et le bassiste des Cure (Simon Gallup). Leur jeu était irréel ! Donc j’ai eu une petite phase new-wave pendant mes années lycée. Puis c’était le punk. Il y a beaucoup de bassistes punks que j’aime beaucoup. Je pense toujours que Matt Freeman de Rancid est une espèce de monstre ! Il joue avec beaucoup de goût et de classe.

FN : Qui d’autres t’as inspiré ?
CC : J’adore (Charles) Mingus. Il a posé les bases. Jaco Pastorius est agréable à écouter, mais je ne peux pas l’imiter. Mais c’est magnifique. J’adore le vieux jeu de basse reggae et le jeu Studio One (un des tous premiers labels jamaïcains_NDT). J’écoute ça plus que n’importe quoi d’autres maintenant.

FN : Il semble que ça se sente plus dans ton jeu maintenant.
CC : C’est absolument vrai. Quand j’ai écrit la ligne de basse pour « Change (in the house of flies) », Stephen était là « Mon dieu, non ! S’il te plaît, ne joue pas ça ». Frank (Delgado, DJ) était là « Fais pas ça ! ». Mais c’est comme ça que je joue. Terry Date (producteur), heureusement, me soutenait. Il leur a dit de me laisser tranquille et de me laisser jouer la ligne que j’avais écrite.

FN : C’était un de vos plus grand hits…
CC : C’était notre plus gros hit. Mais Stephen a écrit tous les solos et a gagné un Grammy pour ça. C’est lui qui a la main là-dessus (rires) !

FN : Maintenant que tu es en tête d’affiche des festivals et que tu inspires les futures bassistes, des conseils pour les aspirants bassistes ?
CC : Passez le plus d’heures possible à jouer et écouter autant de styles de musique que possible. Ne vous fermez pas au jazz ou à la country. J’étais un gamin comme ça. Ma mère avait payé pour un mois de cours pour moi, et mon professeur voulait me faire bosser du jazz. Tout ce que je voulais apprendre c’était « (Anesthesia) Pulling Teeth » (de Metallica). J’aurais pu être plus ouvert d’esprit (rires) !

FN : En tant que lecteur avide et amateur de musique, qu’as-tu écouté et lu dernièrement ?
CC : Je suis une sorte de collectionneur. Je lis du Camus. J’adore « La peste » et « L’étranger ». J’ai aussi commencé « Résistance, rébellion et mort : essais ». J’ai quelques livres rares d’Henry Miller que j’ai lu : « Un dimanche après la guerre ». Je suis une sorte de collectionneur de livres. Ça prend une bonne partie de mon argent. Malheureusement, (Charles) Bukowski est mon auteur favori, suivi de (Hunter S.) Thompson. Donc j’aime beaucoup les reliques (rires) !

FN : 2006 marque le 60è anniversaire de Fender. Ton avis ?
CC : Qu’il y ait 60 années supplémentaires de bon boulot. Si je suis encore vivant dans 60 ans, je jouerai encore sur Fender !

 

traduction : David Tessier

 

les forums de DEFTNZ.net
les cds/dvds du groupe avec Amazon.fr
la communauté deftonienne sur le fameux réseau
     
   
       
qu'écoutent les fans de Deftones ?