1.BIOGRAPHIES 2.CHRONOLOGIE 3.TOURNÉES 4.PHOTOGRAPHIES 5.INTERVIEWS 6.DOSSIERS 7.ÉQUIPEMENT 8.DEFSTUFF
 
     
 

DOSE.CA
Chino "Marino"
avril 2006

anglais
français

The Deftones Taste Chaos
Heather Adler

On a bad day, heaven can look a lot like hell. With 10 years of experience, millions in album sales and a ferociously dedicated fanbase that even managed to save them from the downfall of nü-metal, agro rockers the Deftones are in a pretty blessed position. But the making of their forthcoming album, due out this summer, was three years of pure purgatory. Vocal-shredding frontman Chino Marino says making the disc nearly destroyed them and, at one point, he just had to walk away.

Trouble first reared its ugly head after the band had already recorded the majority of the material, then were forced to give the boot to mega-producer Bob Ezrin (who's worked with Alice Cooper, Pink Floyd, KISS, Nine Inch Nails) because Marino just "really didn't get along" with him musically or personally and felt like he was all talk, no action.

"Obviously, there was turmoil after the Bob Ezrin mess. I just wanted to step away from the project and I did," says Marino, explaining why he left to tour with side-project Team Sleep for nearly six months during recording. "I didn't really talk to anybody and I just took off. I think it was a good thing for the project because it had just become no fun. Period."

Producer problems were far from the worst of the torments inflicted on the Deftones: the band also fought tooth-and-nail with the devil himself, their record company, who Chino says interfered and used "straight extortion" to influence their unique brand of metal-infused hip hop.

"The record label was putting us on trial. They said 'When you have a single, then we'll continue to record,'" Marino laments.

"The demise of this band would come if we started listening to record label's opinions on what we should do and how we should do it. That's what's been on everybody's shoulders and made it not fun to be in a band because that's bullshit and that's not why we do this."

 
Obviously, there was turmoil after the Bob Ezrin mess. I just wanted to step away from the project and I did.
 

Marino says it's "a fuck of a lot harder" to make albums today compared to when his crew of controlled chaos creators first started out. Prior to this album, the Deftones had been left to their own devious, hook-creating devices and never had to deal with meddling industry hellions who judged the worth of music by it's radio-friendly weight.

"I think the Internet and the record companies suffering in the last couple of years has meant that they really need a radio hit to sell enough records to recoup their investment," Chino reveals. "They need a hit single, even if it's the corniest song in the world. They want kids singing along to it. We've never been about trying to get an instant payoff — cash or hype."

Things got so hellish Marino admits he started to feel parallels between what was happening with the Deftones and what Metallica went through in the bitter and twisted documentary Some Kind of Monster. After suffering three years of album purgatory, Marino says that if there's any advice he could give up-and-comers, it's that they should avoid record labels like the money-sucking plague.

"I would tell them to save their money, buy a computer and record their own records for cheap," he asserts. "You have to pay record companies back for everything they do with interest, so if you take it from a bank at least you get to put out your own record and you don’t have to listen to anyone."

Despite the management migraines and the fact the release date for the currently untitled album has come and gone many times, Marino is comforted by the fact that he whole-heartedly believes this disc will is the band’s finest work.

"In my mind, it's our best album ever," he says. "With this record, pushing ourselves to be more creative and not get complacent or comfortable with a formulae was really important. We experimented with being a little more forward with a few things and not always trying to be weird or left field."

The Deftones will be premiering some of their new melodies this week on the Taste of Chaos tour. Check it out and see if going through hell has lead the band to musical heaven.

transcription : Jessie Rumble

 

Les Deftones Goûtent au Chaos
 
Dans les mauvais jours, le paradis peut ressembler beaucoup à l'enfer. Avec 10 ans d'expériences, des millions d'albums vendus et énormément de fans qui leurs ont toujours épargner la chute du Nü-metal, les Deftones sont dans une position plutôt bénite. Mais la création de leur prochain album, prévu pour cet été [sortie officiel le 12 septembre], fut 3 ans de pur purgatoire. Chino "Marino", chanteur et leader, explique que faire ce disque les a quasiment détruit et, à un moment, il ne lui restait qu'a partir. 
 
Les premiers troubles apparurent après que le groupe ai enregistré la majorité du matériel sonore, ce qui les a poussé à s'e séparer du mega-producteur Bob Ezrin ( qui à travaillé avec Alice Cooper, Pink Floyd, KISS, N.I.N.), parce que Marino "n'était pas très en accord" avec lui musicalement ou personnellement et il avait l'impression qu'avec lui tout était dans la parole, rien dans le geste. 
 
"Il y avait clairement de la confusion après le cafouillage Bob Ezrin. Je voulais juste me mettre à l'écart du projet et je l'ai fait" dit Marino, expliquant pourquoi il était parti en tournée avec son projet parallèle Team Sleep pendant près de 6 mois durant l'enregistrement. "J'en ai pas vraiment parlé à quelqu'un et je suis juste parti. Je pense que c'était une bonne chose pour le projet parce qu'on y prenait plus aucun plaisir. Une pause." 
 
Le problème du producteur était loin d'être le pire des tourments infligés aux Deftones : le groupe c'est aussi battu bec et ongle avec le diable lui-même, leurs maison de disque, dont Chino affirme qu'ils s'interposaient et usait "d'extorsion pure" pour influencer leur mélange unique de metal et de hip-hop. 
 
"Le label d'enregistrement nous mettaient en période d'essai.  Ils disaient "Quand vous aurez un single, alors vous continuerons les enregistrements,"" se lamente Marino.  
 
"C'est le décès annoncé du groupe si l'on commence à écouter l'opinion de la maison de disque sur ce qu'on doit faire et comment on doit le faire. On avait tous ça sur les épaules et ça enlève tout le fun d'être dans un groupe parce que c'est de la connerie et c'est pas pour cela qu'on fait ça.

 
Il y avait clairement de la confusion après le chaos Bob Ezrin. Je voulais juste me mettre à l'écart du projet et je l'ai fait.
 

Marino affirme que "c'est vachement plus difficile" de faire des albums de nos jours par rapport à l'époque où son groupe de "créateur de chaos contrôlé" commença à émerger. Avant cet album, les Deftones avaient été laissés à leurs projets et n'avaient jamais eu à négocier avec les hélions officieux de l'industrie qui jugent la qualité de la musique par sa capacité à passé en radio. 
 
"Je pense qu’Internet et les maisons de disques souffrant ces dernières années a signifié qu'ils ont vraiment besoin d'un hit radio pour vendre assez d'enregistrements pour recouper leurs investissements", révèle Chino. "Ils ont besoin d'un hit, même si c'est la plus paysanne des chansons au monde. Ils veulent que les gosses n'arrêtent pas de la chanter.  On à jamais tenter de faire du profit instantané - cash ou hype.
 
Les choses sont devenues si infernales que Marino admet qu'il commença à faire un parallèle entre ce qui arrivait avec les Deftones et ce que traversa Metallica dans le documentaire mordant et tordu Some Kind of Monster. Après avoir souffert trois ans d'un album purgatoire, Marino dit que si il à un conseil à donner à ces successeurs, c'est qu'ils doivent éviter les maisons de disques comme la peste. 
 
"Je leur dirais d'économiser, d'acheter un ordinateur et d'enregistrer eux-mêmes leurs morceaux pour moins cher", affirme-t-il. "Vous devez toujours payer les maisons de disques en retour de ce qu'elles font, et avec intérêts, donc si vous prenez un crédit par une banque au moins vous pouvez sortir vos propres enregistrements et vous n'avez pas à écouter qui que se soit.
 
Malgré les soucis de management et le fait que la date de sortie pour le nouvel album, pour l'instant sans nom, est été annoncée et repoussée à plusieurs reprises, Marino est conforté par le fait qu'il est de tout son coeur persuadé que ce disque est le meilleur travail jamais accompli par le groupe. 
 
"Pour moi, c'est notre meilleur album" constata-t-il. "Avec celui-ci, nous forcer à être plus créatifs et ne pas tomber dans la complaisance et le confort d'une formule toute prête était très important. Nous avons essayé d'aller plus en avant avec des petits trucs et pas toujours faire la même chose.
 
Les Deftones vont jouer pour la première fois certaines de leurs nouvelles mélodies cette semaine lors du Taste of Chaos tour. Nous verrons alors si traverser l'enfer a mené le groupe dans un paradis musical.



traduction : Aegehn et Phoenix Striker

 

les forums de DEFTNZ.net
les cds/dvds du groupe avec Amazon.fr
la communauté deftonienne sur le fameux réseau
     
   
       
qu'écoutent les fans de Deftones ?