1.BIOGRAPHIES 2.CHRONOLOGIE 3.TOURNÉES 4.PHOTOGRAPHIES 5.INTERVIEWS 6.DOSSIERS 7.ÉQUIPEMENT 8.DEFSTUFF
 
     
 

HOUR.CA
Chino Moreno
avril 2006

anglais
français

Deftones depersonalized by Dave Jaffer (Hour, Canada)

Frontman Chino Moreno tires of talking about himself, both musically and on the phone.

It's not that Chino Moreno doesn't like doing interviews, he insists. "I just don't like talking on the phone. Not even with my girlfriend. And sometimes you get [interviewers] who ask all these stupid questions, and you're like, 'What the fuck?'"

Moreno, the charismatic guitarist/lead singer for The Deftones, is in Vancouver ("My assistant saw a guy wash a needle in a puddle") where he and his bandmates are preparing for a one-off show before starting their much-anticipated Canadian dates on the Taste of Chaos tour, which also includes the likes of Thrice, Atreyu, Thursday and As I Lay Dying.

 
I'm just trying to fantasize a bit more, to sing about things that have nothing to do with describing myself or my life.
 

On the topic of anticipation, Deftones fans the world over are hurriedly cancelling plans for a revolution, as the band is just about ready to unleash their latest, as-of-yet untitled album (though the prevailing rumour has it called Saturday Night Wrist), which has been over two years in the making. "This record was the hardest one," Moreno allows, "the record where we realized we should really take time and dissect our music a lot more, and put much more into it. [Consequently] I think the final product will be longer lasting." And, if we're to take him at his word, less "personal."

"I'm really over a lot of vocalists, including myself," he confesses. "A lot of music is ruined by people's personal lives in their music. I want to hear the music for the music... not about a singer who had a bad childhood or a lost love. And I don't want to come off like my life is more tragic or glorious than anyone else's. I'm just trying to fantasize a bit more, to sing about things that have nothing to do with describing myself or my life."

Vicious, visceral and illuminating, The Deftones' eclectic sound has been described in a variety of ways, including progressive metal, alternative metal and art metal. To many, though, their sound is defiantly unclassifiable, and even Moreno stumbles slightly when asked if he knows where he'd slot their style. "I think the dynamic between music that's moody and music that has energy is a good description. Even though [our music is] sometimes an onslaught of powerful sounds and rhythms, there's a lot of the opposite - broken down, sullen, quiet, peaceful. We enjoy making music which goes through peaks and valleys."

Though hardcore fans have reportedly been more than a little perturbed by the bands included on their current tour, Moreno contends that Taste of Chaos has been "a good way to come back in and enter the mix" after spending years conceiving, recording and tweaking the new disc. The time away from the scene, time to relax and regroup, has also afforded them the room to improve their live performances.

"Our shows now are getting really super tight," he tells me, his voice thick with wondrous, childlike enthusiasm. "There are times when we can be extraordinary, and times we're just okay. We're looking at being extraordinary every time out, and when we're able to put out even 80 per cent of what we're capable of, I think it's magical. [We know now] that what we put into it is what we're going to get out of it."

transcription : Jessie Rumble

 

Le leader Chino Moreno a du mal à parler de lui, autant musicalement qu’au téléphone.
Ce n’est pas que Chino Moreno n’aime pas donner des interviews, insiste t’il. « C’est juste que je n’aime pas parler au téléphone. Pas même avec ma copine. Et des fois il y a des journalistes qui posent toutes ces stupides questions, et t’es là ‘Putain, mais qu’est-ce que… ?’ »

Moreno, le charismatique chanteur/guitariste de Deftones est à Vancouver (« Mon assistant a vu un gars laver une aiguille dans une flaque ») où lui et les autres membres se préparent une date avant de commencer  les dates canadiennes très attendues du Taste of Chaos Tour, qui verra aussi Thrice, Atreyu, Thursday and As I Lay Dying.

 
J’essaie juste de fantasmer un peu plus, de chanter des choses qui n’ont rien à voir avec le fait de parler de moi ou de ma vie.
 

Au sujet de l’anticipation, les fans d e Deftones à travers le monde stoppent nettes leurs plans de révolution, car le groupe est quasiment prêt à sortir leur dernier album, à ce jour sans titre (bien que la principale rumeur parle de Saturday Night Wrist) qui aura mis plus de 2 ans à voir le jour. « Ce disque a été le plus difficile » affirme Moreno, « le disque pour lequel on a réalisé que nous devions vraiment prendre plus de temps et disséquer beaucoup plus notre musique, et se mettre plus dedans. (En conséquence) je pense que le produit final s’inscrira plus dans la durée. » Et, si on le prend au mot, il sera moins « personnel ».

« Je suis gavé par  un paquet de chanteurs, moi inclus »
confesse-t’il. « Il y a énormément de musique gâchée par le fait que certains mettent leur vie personnelle dans leur musique. Je veux entendre la musique pour la musique… pas à propos d’un chanteur qui a eu une enfance difficile ou qui a perdu l’amour. Et je veux pas me pointer comme si ma vie était plus tragique ou glorieuse que les autres. J’essaie juste de fantasmer un peu plus, de chanter des choses qui n’ont rien à voir avec le fait de parler de moi ou de ma vie. »

Vicieux, viscéral et illuminé, le son éclectique des Deftones a été décrit de nombreuses façons, entre autres de metal progressif, metal alternatif ou art-metal. Pour beaucoup pourtant, leur son reste farouchement inclassable, et même Moreno trébuche un peu quand on lui demande sous quelle étiquette il rangerait leur style. « Je pense que la dynamique entre la musique d’émotions et la musique d’énergie est une bonne description.  Bien que notre musique est parfois une décharge de sons et de rythmes puissants, il ya beaucoup du contraire : cassures, maussade, calme, paisible. On adore faire une musique qui oscille entre les monts et les vallées. »

Bien que les fans de la première heure aient été plus que perturbés par les groupes figurant sur l’actuelle tournée, Moreno maintient que le Taste of Chaos a été « une bonne chose avant de rentrer et se plonger dans les mixes » après avoir passé des années à concevoir, enregistrer et remodeler le nouvel album. Le temps passé loin de la scène, moment de détente et de regroupement, leur a aussi permit d’améliorer leurs performances live.

« Nos concerts deviennent vraiment super pointus »
me dit-il, sa voix se gonflant d’émerveillement, d’enthousiasme enfantin. « Il y a des fois où on peut être extraordinaire, et d’autres où c’est juste bien. On cherche à être extraordinaire à chaque sortie, et quand on arrive à sortir 80% de ce dont on est capable, je crois que c’est magique. (On sait maintenant) que ce qu’on met dedans est ce qui va en ressortir ».

 

traduction: David Tessier

 

les forums de DEFTNZ.net
les cds/dvds du groupe avec Amazon.fr
la communauté deftonienne sur le fameux réseau
     
   
       
qu'écoutent les fans de Deftones ?